réemploi de bicyclette en jardinière

Le réemploi : un petit geste pour de grands résultats

Cher bibliophile, aujourd’hui on va se pencher sur le réemploi. Oh n’aie crainte, cela peut paraître assez rébarbatif au premier coup d’œil, mais tu verras, le sujet se révèle plus intéressant qu’il pourrait n’y paraître. Alors, de quoi est-il question lorsqu’on parle de réemploi ? C’est ce que nous allons voir !

Quelle est la différence entre le réemploi, la réutilisation et le recyclage ?

Réemploi, réutilisation, recyclage. Pas facile de s’y retrouver ! Que signifient ces termes au juste ?

En fait, tout est une question de statut et d’usage de l’objet. Chausse tes lunettes, voici quelques précisions.

Commençons par le réemploi.

D’après l’Agence de la transition écologique (Ademe) qui cite l’article L541-1-1 du Code de l’environnement, il désigne :

« toute opération par laquelle des substances, matières ou produits qui ne sont pas des déchets sont utilisés de nouveau pour un usage identique à celui pour lequel ils avaient été conçus« .

Bon, parfois l’objet nécessite une remise en état, au moyen de quelques petites réparations pour pouvoir reprendre du service. Mais dans tous les cas, cela permet de minimiser le flux des déchets. D’ailleurs, maintenant, tu trouveras même des zones de réemploi au sein des déchetteries, mises en place par les collectivités.

Donc, si tu donnes ou vends ton livre à quelqu’un qui va le lire à son tour, c’est du réemploi.

rangement livre avec valise upcycling
Upcycling

En quoi consiste la réutilisation ?

Passons à la réutilisation maintenant.

Souvent assimilée au réemploi, il s’agit en fait de :

« toute opération par laquelle des substances, matières ou produits qui sont devenus des déchets sont utilisés de nouveau« .

Avant de pouvoir être réutilisé, il doit être traité. On appelle d’ailleurs cette opération une « préparation en vue de la réutilisation ». Il s’agit ici de prolonger la durée de vie de l’objet.

L’objet peut être utilisé pour sa fonction initiale ou bien il peut être détourné. Dans le dernier cas, on peut d’ailleurs parler d’upcycling : le fait de détourner la fonction d’origine d’un objet. Celui-ci gagne d’ailleurs très souvent en valeur ajoutée.

Par exemple, tu peux très bien transformer un pneu usagé en jardinière, ou un vieux livre en horloge ou en boîte à trésors !

conteneur à papier pour le recyclage

Quelle est la définition du recyclage ?

Et qu’en est-il du recyclage ?

Le recyclage qualifie :

« toute opération de valorisation par laquelle les déchets, y compris les déchets organiques, sont retraités en substances, matières ou produits aux fins de leur fonction initiale ou à d’autres fins. Les opérations de valorisation énergétique des déchets, celles relatives à la conversion des déchets en combustible et les opérations de remblayage ne peuvent pas être qualifiées d’opérations de recyclage« .

Là, il est question de rendre les matériaux des produits à nouveau utiles.

Il s’agit donc, tu l’auras compris, de transformer chimiquement et physiquement des produits en de nouvelles matières premières pour fabriquer de nouveaux objets.

Par exemple, si ton livre est trop abîmé, tu peux le jeter dans la poubelle correspondant au recyclage du papier. Après avoir été traité, il peut redevenir du papier et, qui sait, un nouveau livre…

Mais il faut bien que tu gardes en tête que le recyclage ne doit pas être considéré comme la solution à tout, car ce procédé est lourd et coûteux en énergie. Et puis ne penses-tu pas qu’il serait temps de repenser notre mode de consommation et de production, ainsi que notre gestion des biens en fin de vie ?

deux jeunes enfants assis sur le sol réemploi ou réutilisation

Mais enfin que choisir : réemploi ou recyclage ?

Mais alors, que faire des objets que tu ne souhaites pas garder ?

Eh bien… Tout dépend ! Ah c’est qu’on est bien avancé avec ça, me diras-tu.

C’est-à-dire que parfois il est plus pertinent de faire réparer ton objet pour le réutiliser plutôt que de l’envoyer directement au recyclage.

Quelques recherches sur internet peuvent t’indiquer les lieux de collecte où tu peux le déposer. Il existe même des applications te permettant de repérer les points de collecte près de chez toi.

Pour certains objets, the best of the best reste le réemploi, car cela ne nécessite quasi aucune intervention pour leur offrir une nouvelle vie. Et des acteurs du réemploi ont vu le jour pour faciliter les échanges entre particuliers. Tourne-toi notamment vers :

les sites de seconde main de vêtements, de livres (coucou Book Village !), de meubles et objets de décoration, etc.

les Repair Café : il s’agit d’ateliers où tu peux réparer toi-même, ou aidé de bénévoles, ton grille-pain, ton vélo, un vêtement, etc. C’est souvent très convivial et tu en trouveras un peu partout en France et en Belgique.

les sites de reconditionnement : comme pour les appareils électroniques reconditionnés par exemple. Cette solution est à envisager quand la réparation devient trop complexe ou que la présence de certaines substances demande l’intervention d’un expert.

Et puis parfois, certains objets ne peuvent plus être réutilisés, mais peuvent échappés au recyclage pour autant. D’ailleurs, d’autres entreprises et associations se sont spécialisées dans la réutilisation de certains objets. Il existe notamment des marques qui confectionnent des vêtements et accessoires à partir de chute de tissus, de vieux vêtements, de pneus, etc.

Dans certains cas, le recyclage reste la seule option. Pense notamment aux magasins de grande surface qui récupèrent des ampoules, piles et petits appareils électroniques. Mais tu devrais l’envisager en dernier recours, car les opérations de traitement des différentes matières sont assez onéreuses, et puis il y a également un coût énergétique non négligeable.

Et bien sûr, ces trois solutions seront toujours à privilégier par rapport à la poubelle traditionnelle !

Veille donc à bien te renseigner pour savoir où remettre ton objet.

schema sur le cycle de la construction circulaire

Des livres en passant par l'architecture et la construction de bâtiments !

On s’est placé depuis ta petite place de consommateur, mais en fait cela doit concerner tout le monde et dans tous les secteurs.

La clé dans le développement durable c’est que tout le monde y mette du sien ! Rends-toi compte, d’après un rapport de l’ADEME, en 2017, près de 63 millions de tonnes ont été générées par les entreprises (hors constructions) et 224 millions de tonnes par les entreprises de constructions. On a du boulot…

Mais on ne se décourage pas !

D’autres acteurs du réemploi se spécialisent notamment dans le réemploi des matériaux, à la maîtrise d’ouvrages écoresponsable, etc. Et il existe même des sites de seconde main entre professionnels.

lampadaire réalisé à partir de livres

Pourquoi réutiliser les objets ?

Cette question pourrait semble naïve, mais il n’en est rien, car figure-toi que de nombreuses raisons se cachent derrière ce geste.

Bon tout d’abord, le réemploi permet de sauver les objets en leur évitant l’étape « déchets ». Et tu n’es certainement pas sans savoir qu’en ce moment, ça chauffe (coucou le dérèglement climatique) et que ça pollue à tout bout de champ !

Pas jojo l’empreinte écologique…

Or, le réemploi permet non seulement de réduire les déchets et donc de préserver l’environnement, mais aussi de contribuer à la réduction de la production, ce qui permet alors d’économiser de l’énergie et de limiter les émissions de gaz à effet de serre.

Et puis le marché de l’occasion permet de créer des emplois, mais des emplois à impact positif !

On retrouve ces activités de réemploi dans des structures de l’économie sociale et solidaire (ESS). Ces acteurs du réemploi concernent tout un pan de l’économie circulaire.

Allez hop, encore une petite définition : selon le ministère de la Transition énergétique, l’économie circulaire consiste à :

« produire des biens et des services de manière durable en limitant la consommation et le gaspillage des ressources et la production des déchets« .

On oublie également que le marché de l’occasion permet à certaines personnes en difficulté financière d’accéder plus facilement à des produits de consommation et des produits culturels.

Le fait d’échanger des objets crée aussi du lien entre des personnes qui partagent parfois les mêmes valeurs ou se rassemblent autour d’une même passion.

Enfin, ne trouves-tu pas un certain charme au fait d’utiliser un objet qui a appartenu à quelqu’un d’autre ? Qui a eu une autre vie ?

La ressourcerie des Batignoles à Paris
La ressourcerie des Batignoles à Paris

Qu'est-ce que le réemploi solidaire ?

On l’a évoqué très brièvement dans la partie précédente. Le réemploi solidaire consiste à proposer des biens de consommation tout en limitant la production de déchets – car les produits sont passés par l’étape « remise en état » –  à des prix très accessibles. C’est aussi une bonne façon de sensibiliser à l’économie circulaire et de favoriser les prises de conscience écologiques.

Bref, c’est un chouette cercle vertueux qui se met en place !

Coccinelle orange vintage old timer

Et au fait, à propos de réemploi : on parle de pièce vintage ou rétro ?

Bonne question tiens ! D’autant qu’il y a beaucoup de confusion à ce sujet.

En fait, le vintage correspond à tout objet datant des décennies précédentes et qui a été remis au goût du jour. Généralement, cela désigne des produits datant des années 1930 aux années 1970.

Et ne tombe pas dans le piège, ils sont à différencier des produits dits « rétro ». Car cette fois, il s’agit de produits conçus à notre époque, mais en imitant une esthétique, un design vintage.

Plateformes et sites de seconde main, brocantes : les endroits où réemployer des produits d'occasion

Le marché de l’occasion comporte de nombreux points de vente qui peuvent parfois proposer des ateliers de remise en état de tes biens en fin de vie.

Pense notamment aux :

sites internet de seconde main (comme… le site Book Village qui permet de vendre et d’acheter des livres entre particuliers !) ;

recycleries à différencier des ressourceries qui sont une marque déposée et doivent répondre à cahier des charges précis ;

dépôts-ventes (de vêtements, mais aussi des dépôts-ventes de meubles, de voitures, etc.) ;

friperies solidaires tenues par des associations caritatives comme Emmaüs ;

brocantes et vide-greniers où flâner le week-end.

Et il y en a certainement bien d’autres encore !

Te voilà maintenant calé sur le réemploi ! Alors, es-tu prêt toi aussi à y contribuer ?

Partager l'article :

0
Laisser un commentaire sur cette articlex