sélection de romans graphiques

Roman graphique : un genre où se mêlent texte et dessin

As-tu déjà entendu parler de roman graphique ? Si non, alors je suis ravie de te l’introduire. Si oui, eh bien reste tout de même, car je peux te garantir que tu vas en apprendre des choses ! Allez hop, c’est parti !

Comment reconnaître un roman graphique (aussi appelé graphic novel) ? Essai de définition

Alors, c’est quoi un roman graphique – ou graphic novel pour les plus anglophones d’entre nous ?

Eh bien, très souvent, on parle de romans graphiques pour les bandes dessinées qui traitent de sujets dits « sérieux » ou profonds, s’inscrivant dans le réel, et comportant des personnages à la personnalité complexe, l’idée étant de sortir du divertissement, plutôt à destination d’un lectorat adulte. Visuellement, la mise en page ou le format de ces ouvrages diffèrent des bandes dessinées plus traditionnelles comme celles de Tintin par exemple.

Mais entre toi et moi, cette expression est assez floue. Elle sert principalement à légitimer la bande dessinée pour qu’elle ne soit pas seulement considérée comme un genre humoristique ou destiné aux enfants, mais bien comme une littérature à part entière. Et pourtant, il existe aujourd’hui aussi bien des bandes dessinées pour adultes et des romans graphiques à destination de la jeunesse.

D'où vient l'expression "roman graphique" ?

Ce n’est pas un genre si nouveau. Cette expression « graphic novel » a vu le jour aux États-Unis dans les années 1960 avec le critique littéraire états-unien Richard Kyle. Il l’aurait utilisé plus exactement en 1964, dans le numéro 2 du fanzine Capa-Alpha.

Elle s’est ensuite popularisée à la fin des années 1970, toujours aux États-Unis, du fait de l’auteur états-unien Will Eisner, lors de la sortie en 1978 de son oeuvre Un pacte avec Dieu, qui retrace son enfance dans le Bronx, pour se démarquer des comics et bandes dessinées de son époque. Il s’agit d’un recueil en noir et blanc publié sous forme d’album et où les textes et les dessins se mêlent librement et qui contraste avec les bandes dessinées de l’époque. Et puis, certains auteurs ont commencé à utiliser cette expression afin de se distinguer des comics et comics book. On peut y voir le souhait de vouloir se rapprocher de la littérature.

Puis c’est au tour de Art Spiegelman dans les années 1980 et ses célèbres tomes Maus, narrant l’histoire de son père sous le régime nazi, d’affirmer la place du roman graphique. Il recevra d’ailleurs un Prix Pulitzer en 1992, une première pour une bande dessinée. Autre succès bien connu du roman graphique : Persepolis de Marjane Satrapi dans les années 2000, qui a d’ailleurs popularisé le roman graphique dans l’hexagone.

Les éditeurs se sont ensuite appropriés cette expression dans l’espoir de toucher un public plus large et plus adulte et que celui-ci n’éprouve pas de complexe à la lecture.

Quelle est la différence entre BD et roman graphique ?

Et donc comment reconnaître un roman graphique d’une bande dessinée ?

En fait, un roman graphique est une bande dessinée, mais une bande dessinée n’est pas un roman graphique ! Dans la catégorie « bande dessinée », on peut ajouter également les mangas, les comics et les bandes dessinées « classiques ». Et c’est avec la BD classique, que peut se porter la confusion sur la différence d’un roman graphique.

En gros, un roman graphique comporte :

– un format qui varie : la couverture peut aussi bien être rigide que souple, sa taille petite ou bien grande, etc.

– une pagination plus importante qui dépasse très souvent les 100 pages (d’après Art Spiegelman, « Un roman graphique est une bande dessinée qui nécessite un marque-page ») ;

– une histoire en courte série ou autonome, qui s’étale sur un seul tome ;

– des thématiques profondes, qui touchent souvent à l’intime, ou aux intrigues plus complexes destinées surtout aux adultes ;

– une création graphique plus libre qui s’affranchit des cases et des bulles.

Mais parfois, tu trouveras des romans graphiques qui ressemblent comme deux gouttes d’eau à des bandes dessinées classiques, seules leurs nominations changent. Cette nomination n’est donc pas stricte.

1989, Dune, des œuvres devenues romans graphiques

Les romans graphiques sont de plus en plus populaires, à tel point que tu remarqueras d’ailleurs que certains romans dits « classiques » ont été adaptés en romans graphiques.

C’est notamment le cas de Le Monde de SophieAu bonheur des damesManon des Sources, Moby Dick, Orgueil et Préjugés ou encore de la saga Millenium.

C’est une façon de toucher un autre public, comme lorsqu’un livre est dérivé en film par exemple.

Comment faire un roman graphique ?

Si tu souhaites te lancer dans la création d’un roman graphique, voici différents conseils livrés par les pros.

– Lis de nombreux romans graphiques. Afin de t’inspirer et avant de tancer dans ton propre roman, je te conseille d’en lire de nombreux et des variés, car c’est bon pour la créativité !

– Apprends à écrire et/ou à dessiner. Alors oui oui je sais, ça tombe sous le sens. Mais concernant l’écriture, sache que le scénario d’un roman graphique est souvent plus complexe à mettre en place que pour une bande dessinée. Pour ce qui est du dessin, perfectionne encore et encore ton style.

– Définis ton histoire du début à la fin. Contrairement à l’écriture d’un roman, où l’histoire peut s’écrire au fur et à mesure, ce n’est pas le cas pour un roman graphique. Il est important de définir un story board en y intriguant l’intrigue principale et celles secondaires, ainsi que les chapitres. Réfléchis également aux décors, paysages et personnages, etc. Sache que plus tu auras une vision précise de ton histoire, plus il sera facile de la dessiner et de l’écrire. C’est d’autant plus essentiel si tu travailles en collaboration avec un auteur ou un dessinateur.

– Réalise les différentes scènes. Il faut également penser à réaliser le scénario du roman graphique. Pour cela, esquisse grossièrement toutes les scènes qui le composent pour avoir une vue d’ensemble.

– Crée tes personnages. Ces derniers forment les piliers de ton roman, ils doivent donc être bien travaillés. Pour t’aider, tu peux réaliser des fiches descriptives : détail administratif (sexe, date de naissance, lieu de résidence), personnalité (chaleureux, taciturne, introverti, curieux, etc.), caractéristiques physiques (forme du corps, démarche, couleur des yeux, taille, tatouage, cicatrice, etc.) et les détails qui apporteront de la crédibilité au personnage (sa manière de parler, ses passions, l’endroit où il a grandi, etc.). Entraîne-toi à les dessiner afin qu’ils soient les mêmes au fil des pages.

– Respecte chaque étape de création graphique : crayonnage, encrage, lettrage et mise en couleur. Afin de ne pas avoir à refaire chaque page entièrement, je te recommande vivement de suivre chacune des phases listées au-dessus. Après que tu aies réalisé le story board, reproduis chaque planche sur le papier final en choisissant le grain qui te convient. De préférence, dessine au crayon afin de pouvoir gommer au besoin. Maintenant, place à l’encrage ! Il s’agit de repasser les traits au crayon de papier au stylo. Puis, vient le lettrage qui consiste à insérer le texte au côté des images  selon la disposition souhaitée. Enfin, on passe à la mise en couleur qui, tu l’auras deviné, permet d’ajouter les couleurs. Pour te faciliter le travail et harmoniser le tout, sache que cette étape peut se faire au moyen d’outils numériques.

Et maintenant tu n’as plus qu’à proposer ton ouvrage à une maison d’édition (direction le paragraphe suivant) ! On croise les doigts !

Quels sont les éditeurs qui publient des romans graphiques ?

Le genre du roman graphique n’a pas séduit tout de suite les éditeurs classiques et restait le pré carré d’éditeurs spécialisés. 

Mais aujourd’hui, les éditeurs traditionnels s’y sont mis et proposent également des bandes dessinées.

Un petit tour d’horizon de ces maisons d’édition où aller piocher ou se faire publier :

– Acte Sud BD ;

– Acte Sud – l’An 2 ;

– Albin Michel ;

– Casterman ;

– Dargaud ;

– Delcourt ;

– Gallimard Bandes Dessinées ;

– Glénat ;

– Les Humanoïdes Associés ;

– Marabout ;

– Monsieur Toussaint Louverture ;

– Steinkis Éditions, etc.

(Et si tu en connais d’autres, partage-les en commentaire !)

Les avantages à lire des romans graphiques

Cette manière de raconter des histoires aussi bien avec des illustrations que des mots en fait un genre vraiment particulier.

Et j’ai noté plusieurs bienfaits à lire des romans graphiques :

📙 découverte d’un vocabulaire plus complexe : étant donné qu’il y a moins de place pour le texte que dans un livre, chaque mot compte, rien n’est laissé au hasard ! Aussi, tu remarqueras que les mots employés sont souvent plus précis, plus avancés. C’est donc un bon moyen pour enrichir son vocabulaire ou apprendre une langue sans se décourager.

📙 apprentissage d’une littératie visuelle : un grand mot pour désigner le fait de comprendre, créer et de parler d’images. En lisant des romans graphiques, tu noteras aussi que le texte seul ne suffit pas pour comprendre l’histoire, tu as aussi besoin d’interpréter les images pour appréhender le développement de l’intrigue et la psychologie des personnages. Et c’est un excellent moyen pour développer son esprit critique vis-à-vis des images, d’autant plus aujourd’hui où le visuel prend beaucoup de place dans nos vies, notamment avec le monde numérique.

📙 facilite la compréhension des œuvres : les images et le texte fonctionnent en binôme pour créer du sens. Les visuels apportant davantage de contexte. C’est donc un bon moyen pour comprendre certaines œuvres de la littérature classique si celles-ci sont adaptées en roman graphique.

📙 une voie d’entrée vers la lecture : les romans graphiques sont une bonne alternative pour les enfants et adultes qui sont plutôt réticents à lire des romans classiques. Le fait que les visuels prennent plus de place au sein des romans graphiques les rend beaucoup plus attrayants. Et puis il y a une offre de plus en plus large, ce qui fait que chacun y trouvera son bonheur à coup sûr !

📙 une lecture plus rapide : à moins que tu aies envie de passer chaque illustration à la loupe, les romans graphiques ont quand même cet avantage de se lire assez rapidement. C’est donc un sacré gain de temps si tu souhaites en dévorer plein !

Quel roman graphique offrir ?

Cela t’a donné envie d’offrir un roman graphique ? 

Chouette idée ! Certains sont même considérés comme de véritables œuvres d’art. C’est d’ailleurs une très chouette idée si la personne à qui tu souhaites l’offrir est sensible aux dessins, aime lire ou bien que tu souhaites l’amener vers la lecture.

Si tu souhaites en offrir un, pose-toi deux questions :

– est-ce que le sujet va l’intéresser ?

– est-ce que le style de dessin va lui plaire ?

Si tu souhaites les commander sur internet, neufs ou d’occasion, n’hésite pas à faire un tour sur le Net où tu pourras trouver quelques extraits avant de faire ton choix.

Toutefois, les romans graphiques ont quand même un coût non négligeable comparé à un livre classique. Aussi, je te recommande vivement de les acheter de seconde main comme sur Book Village par exemple !

Et il existe pléthore de thématiques. Voici celles qui ressortent le plus, en commençant par les bests of the best de 2022 et les plus connus.

Meilleurs romans graphiques de 2022

On commence avec la cuvée 2022 :

– La Couleur des choses de Martin Panchaud

– Les Pizzlys de Jérémie Moreau

– Le Poids des héros de David Sala

– La Dernière Reine de Jean-Marc Rochette

– Le Petit frère de Jean Louis Tripp

– Hypericon de Manuele Fior

– Deep Me de Marc-Antoine Mathieu

– Cache-cache Bâton d’Emmanuel Lepage

– Perpendiculaire au soleil de Valentine Cuny-Le Callet

– Zoc de Jade Khoo

Romans graphiques les plus connus

Et si tu ne souhaites pas passer à côté des incontournables (note que, comme indiqué plus haut, certains ont reçu des prix) : 

– Maus d’Art Spiegelman

L’Arabe du futur de Riad Sattouf

– Persépolis de Marjane Satrapi

– Les Ignorants de Davodeau

– Moi, ce que j’aime, c’est les monstres d’Emil Ferris

Romans graphiques historiques

Pour découvrir des pans de l’histoire à garder en mémoire ou à découvrir :

– Maus d’Art Spiegelman

– Persépolis de Marjane Satrapi

– La Bombe d’Alcante, Bollée et Denis Rodier

– Le Voyage de Marcel Grob de Philippe Collin et Sébastien Goethals

– L’Anniversaire de Kim Jong-Il d’Aurélien Ducoudray et Aurélie Allag

– Là où vont nos pères de Shaun Tan

– Les esclaves oubliés de Tromelin de Sylvain Savoia

– Entrez dans la danse de Richard Guérineau

– Les Mauvaises herbes de Keum Suk Gendry-Kim

– Moi, ce que j’aime, c’est les monstres d’Emil Ferris

Romans graphiques féministes

Des livres à mettre entre toutes les mains :

– Culottées de Pénélope Bagieu

– Les Sentiments du Prince Charles de Liv Strömquist

– Mythes & Meufs de Blanche Sabbah

– Partir de Lili Sohn

– Le Problème avec les femmes de Jacky Fleming

– Anaïs Nin, Sur la mer des mensonges de Léonie Bischoff

– Idéal standard d’Aude Picault

– Paroles d’honneur de Leïla Slimani

– Les Crocodiles sont toujours là de Juliette Boutant et Thomas Mathieu

– Les filles de Salem – comment nous avons condamné nos enfants de Gilbert Thomas

Alors, cher bibliophile, lis-tu des romans graphiques ? Lesquels ? Et si tu en as à nous recommander tout particulièrement, surtout n’hésite pas à nous les partager en commentaire !

 

Hélène

Partager l'article

Noter et commenter l'article

3 1 vote
Note de l'article
S'inscrire
Notifier
guest
1 Commentaire
Récents
Anciens Plus de votes
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Floki
Floki
11/05/2023 20:36

Je lis pleins des romans graphiques ! J’adore tous ces sujets où le graphisme soulignele texte et qui relevent presque du « documentaire ». J’ai eu un coup de coeur pour « Nellie Bly: dans l’antre de la folie » ou encore « Les contraceptés – Enquête sur le dernier tabou ».

1
0
Laisser un commentaire sur cette articlex